Les fouilles, les poules et les buzuks

Dimanche 18 octobre

Ce matin, ça grouille de monde à la maison dès 7h du matin, c’est fou. Je me rends compte que je n’ai qu’ un seul pantalon pour mon séjour. Mince !
Je discute avec Man pour changer d’hébergement mais je le sens contrarié ; du coup, je reste chez lui pour l’instant. Ils donnent tellement que c’en est presque gênant.
J’aime bien leur style de vie, je m’acclimate très vite.2015-10-17 06.02.52
Douche avec un broc. Beaucoup de discussions, les gens vivent au présent et toujours avec le sourire jusqu’aux oreilles même si d’un point de vue européen, ça choquerait tant la façon de vivre et de penser est différente.
Dans la maison, pas de serrures, ni de poignées aux portes ; la maison est toujours ouverte aux courants d’air, avec la cuisine qui jouxte une pièce de vie sans télé bien entendu ou les gens se retrouvent pour discuter autour du repas ou d’un thé.
C’est parti pour le chantier, nous discutons en chemin avec des villageois, puis nous arrivons :
15 personnes sont présentes avec des enfants. 2015-10-19 07.30.04
On continue les fouilles, je leur apprends la technique du 3-4-5 pour l’équerrage des fondations. On creuse 2 pieds de largeur jusqu’à la glaise. Les poules envahissent le chantier pour trouver des buzuks*.2015-10-19 08.00.55
Ensuite, nous effectuons la liste des matériaux : fondations en pierre et ossature bois puis bardage et toiture en tôle
Ici toutes les mesures se font en pouce et pieds.2015-10-20 07.21.14
L’approvisionnement de pierres commence, les gars les apportent sur le dos, portées façon sherpa.
Je rentre ensuite à la maison qui soudain est envahie par des chèvres! Les poules c’est courant mais les biquettes quand même !
Gros dalh bat  et dodo de bonne heure.

  • *vers de terre ou lombrics, pas en népali, mais en breizhoneg…

Rando et infirmerie

Samedi 17 octobre

Ce matin, il fait beau; lever à 7h30
Je dois me rendre au chantier en fin de matinée avec Gaudwin et Man2. On vient me chercher vers 11h.
Finalement, aujourd’hui pas de travail, car nous sommes en période de festival Dashain d’importance équivalente à Noël pour nous.2015-10-17 10.54.27
Du coup, je pars seul en rando découvrir le coin.

2015-10-17 10.04.073h plus tard, de retour au village, je prends un black tea et trouve un petit garçon avec une grosse blessure à l’orteil. Je propose à son père de le soigner un peu, au moins pour désinfecter. Les Népalais sont tous en tong dans les montagnes, habitués ainsi même pour des treks.
Retour chez Man.

Démarrage du chantier

Vendredi 16 octobre

J’ai l’impression de me lever tôt, mais je suis bien devancé par la famille. Ici, ça vit au rythme du soleil très tôt le matin ainsi que le soir ; normal, il n’y a pas d’électricité. 2015-10-15 11.06.07
Lire la suite »

Bienvenue à Merangding

Ce matin, après un solide ptit déj’, je commence à faire connaissance avec les villageois. Le barrage de la langue se fait un peu sentir, j’espère que ça ira. 2015-10-15 04.09.53Mon linge sèche au fil, mon sac n’était pas très étanche, malheureusement. Lire la suite »

Avion vers Phaplu, pieds vers Merangding

Mercredi 14 oct

Levé  a 5h00
J’embarque pour le vol intérieur en direction de Phaplu.
L’avion est très petit: 15 places.
Vue magnifique sur la chaîne de l’Himalaya.
La piste est petite, mais goudronnée, à la différence de Lukla  plus au nord, l’un des 2 aéroports les plus dangereux au monde. A Phaplu, une simple cabane fait office de check-point avec 2 policiers.
Je monte au village, cherche du réseau et contacte Man, le chef du village de
Merangding . En l’attendant, je prends un p’tit dej anglais à la guest house de l’Everest. Puis Man le chef arrive. Pour aller au village, pas de route, 4 h de marche  dans la montagne.2015-10-14 12.48.02
Au bout d’une heure on s’arrête prendre un thé dans un bar local. Nous avons déjà traversé  plusieurs villages et ici rares sont les touristes. Je goûte le milktea  (thé au lait), très  bon. Le temps est mitigé  et il y a des enfants joyeux partout sur la route des villages.
Nous entrons maintenant dans la jungle, un serpent me souhaite la bienvenue.  On change de vallée. La petite route se transforme  en petit sentier
Au bout de 2h, je commence  à sentir des difficultés  dans l’ascension.
La pluie commence  à bien tomber, on trouve refuge dans une maison en tôle où logent 4 personnes d’une même famille me semble t il. Je goûte le roxi , vin local à base de Millet. J’ai du mal à finir mon verre.
On repart sous la pluie de nuit, c’est glissant.
On arrive chez Man, je suis épuisé…Village provisoire
Un bon dal bath, rien de tel pour recharger les batteries (repas de riz et lentilles)
Je fais connaissance aussi avec Men, le beau-frère de Man . On a le même  age, on s’entend très bien tout de suite.
Je pensais ensuite dormir sur des coffres en bois mais Man et sa femme me donnent leur lit!
Quel accueil ! Je n’en demandais pas tant!
Ensuite gros dodo

KTM, découverte et billets

Lundi 12 oct

Levé assez tôt, je pars en ville puis me laisse embarquer  avec un guide qui me fait découvrir Ktm durant toute la journée. Quelques photos, resto , puis rencontre fin de journée  avec Chandra (directeur d’une agence de trek ) pour le projet Merandding
Je dois prendre l’avion le mercredi, je réserverai le vol vers Phaplu demain .2015-10-12 08.02.13
Petite soirée et dodo.

Mardi  13 oct

Lever,  petit dej à l’hôtel, puis mission vol pour demain. Je change de monnaie . Je vais dans une  agence de voyage locale qui me dit que c’est impossible pour demain. J’insiste avec Saleindra et, tel un magicien , il me trouve un vol pour 6h demain matin.
Je continue la visite de Katmandou entre mes rendez-vous,  mais je commence a trouver la ville oppressante, j’ai un grand besoin de prendre l’air.
Je  prépare mon sac avec seulement 15 kg autorisés,  avec outils et vêtements pour une durée  indéterminée ; je laisse mes autres affaires en consigne à l’hôtel

WELCOME IN NEPAL

Dimanche 11 oct
Le temps est un peu couvert, tant pis pour la vue sur la chaine de l’Himalaya. Tout petit aéroport à KTM ! Je sors au bout de 3 h, les valises se sont perdues..

Je suis attendu dehors par Saleindra qui m’offre un collier de fleurs et m’emmène  à l’hôtel Holy Himalaya, très bel hôtel .
Le trafic à Katmandou est dense. Un géant bordel sans priorités ni panneaux, ni feux, dans une cacophonie de klaxons, et une pollution qui prend à la gorge .
L’après  midi, je m’aventure dans la ville à pied.2015-10-13 07.25.12
Je m’enivre radicalement de ce changement de culture au gré des rues, des odeurs et des surprises. 2015-10-12 07.58.05
Au bout de quelques heures je rentre à l’hôtel. En soirée, je  rencontre Ashok (Népalais, directeur d’agence de trek, ami de l’association) et Michel Pellé (Français, guide de trek) pour discuter des conditions et difficultés rencontrées au Népal. Actuellement un blocus est établi à la frontière indienne sur le gaz et pétrole. Cela pourrait perturber mon voyage, en plus du festival « Dassain ». Je reste positif et leur explique mon projet à Méranding. Resto au Gaia avec Michel pour finir la soirée .
Il a une association à Katmandou,  qui aide 6 enfants défavorisés d’une même famille. Il les a recueillis il y a quelques années déjà, et leur permet d’aller à l’école et de subvenir à leurs besoins.

Saint Renan-Katmandou

Samedi 10 oct

Départ de Brest pile à l’heure avec mon ami Bébert, à peine le temps de se dire salut et me voilà dans le train direction Rennes. Premier transfert réussi !

Surprise à Massy,  le train a 1h30 de retard, oups ! C’est foutu pour le vol!
Une chance le RER B passe par là! ! et c’est direct pour Enregistrement  puis décollage  avec Air India
Escale de 4 h à New Delhi en Inde puis  Katmandou.

Mission à Mantary

Message de Xavier ce matin (il préfère envoyer les infos pour que nous les placions sur le blog…)

Mantary, près de Phulkarka, c’est le village dans lequel Xavier a accompagné des ingénieurs français, italien et américain.

« Je suis de retour à Katmandou depuis hier soir . 4h de jeep puis 5 h de bus depuis Mantary…arughat-Phulkharka

Ma mission s’est bien passée,  avec l’équipe de travailleurs locaux, les ingénieurs français, américain et italiens. Un beau mix avec chacun ses compétences.  Le plus difficile  étant l approvisionnement des matériaux. Nous avons démonté une maison endommagée par l’earthquake, toiture, mur huisseries… pas de pertes.

Cette mission différente de la 1ere consistait a construire 3 maison en earthbag . Technique que je ne connaissais  pas jusqu’alors, qui date des années  70″

Des exemples, dont un au Népal en février de cette année:

Pour situer les lieux,  Phulkarka se trouve à l’ouest de Thulo Syabru, et au sud de Laprak (village dont nous avons eu des images plusieurs fois). Pas très loin de Arukhat, où le groupe guidé par Ashok et Tula se dirigera à la fin du mois.

Et comme Xavier n’aime pas trop les pauses, il écrit ensuite : « Aujourd’ hui, je dois aller voir une maison près de Katmandou pour donner des conseils de construction, je pense dormir sur place puis retour à Katmandou dans l’après-midi »

Le retour est prévu dimanche.

 

Départ pour le Langtang

Des nouvelles de Xavier, samedi 24 octobre, par téléphone.

Il a passé 10 jours dans le village de Merangding, et a lancé la construction de bâtiments à ossature bois, avec le concours de tous les habitants du village, chacun apportant matériau et financement. Il était le seul « étranger » au village et a partagé la vie quotidienne. La construction n’attend plus que le bardage.

Il n’a pas beaucoup de temps, car il vient de revenir à Katmandou (une dizaine d’heures de voyage), et repart la nuit même vers le Langtang (encore 10 heures sans doute!): il accompagne un groupe de personnes (ingénieurs) pour construire un village adapté aux problématiques sismiques et locales. C’est semble-t-il expérimental. Il nous en dira plus quand il pourra prendre un peu de temps (il a pris de nombreuses notes, que nous retrouverons sur le blog).

Tout va bien, il est très heureux de son séjour, nous croyions même voir son sourire sur l’écran du mobile!

à l'est de Katmandou, Merangding, au nord-ouest la vallée du Langtang.

à l’est de Katmandou, Merangding, au nord-ouest la vallée du Langtang.